Home » Actualité » Si vous lâchez l’orthographe, ce sera de plus an plus dif y cil pourent se ki vou lize de le fer…

Nos formations en ligne

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Si vous lâchez l’orthographe, ce sera de plus an plus dif y cil pourent se ki vou lize de le fer…

Hier je recevais un email dont j’ai extrait la phrase qui suit. Ce courriel venait d’un directeur de trois entreprises françaises.

« Nous subissons de plein fouet cette crise, et, nos frais non pas réduits, mais augmentés par la mise en œuvre des barrières de sécurités. »

J’ai souri en lisant cette phrase. Ce chef d’entreprise m’écrit qu’il est financier plus que littéraire; je l’avais perçu.
Et il ajoute que le plus important c’est l’accord commercial. Certes, mais faut-il autant lâcher sur l’orthographe ?

Voici 3 bonnes raisons, à mes yeux, pour lesquelles, nous devons, ensemble continuer à ECRIRE la même langue.

  • Si, comme notre cher Président, Emmanuel Macron, vous prononcez de la même façon « les faits » ou « les fées », vos auditeurs ne sauront pas de quoi vous parlez. – Quoique avec Emmanuel Macron, on se doute que c’est plutôt des premiers dont il parle.- Et les journalistes écriront les uns « faits » les autres « fées » et le quiproquo pourra s’installer rapidement.
  • Si vous lâchez sur l’orthographe, ce sera de plus an plus dif y cil pourent se ki vou lize de le fer…
  • Enfin, pour traduire des langues qui n’ont pas de logique, pas de règles et donc de structure, la traduction sera impossible. Vous vous fermez la porte de l’échange international.

 

  • Et cerise sur le gâteau : si vous lâchez sur le vocabulaire, vous mettrez en place des barrières de sécurité à la place de barrières sanitaires !

A vous de décider si vous souhaitez continuer à apprendre l’orthographe et le vocabulaire de votre langue natale et de les appliquer. Sachez quoiqu’il en soit que cela à un impact et que nous sommes tous concernés, ensemble.

Je suis la première à faire, parfois, de grosses fautes à l’écrit, et j’ai conscience qu’il faut tenter d’en faire le moins possible, pour obtenir une communication de qualité.