Home » Annonces » Arrêté du 29 juillet 2022 relatif aux professionnels autorisés à exercer dans les modes d’accueil du jeune enfant

Nos formations en ligne

Notre page sur Facebook
Notre page sur Instagram

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Arrêté du 29 juillet 2022 relatif aux professionnels autorisés à exercer dans les modes d’accueil du jeune enfant

Arrêté du 29 juillet 2022 relatif aux professionnels autorisés à exercer dans les modes d’accueil du jeune enfant

Quoiqu’en disent les média, comme d’habitude, on pouvait déjà être recrutés sans diplôme minimum dans une crèche en France. Tout est réglementé, et cela l’était déjà. Cet arrêté met à jour certaines conditions et limites, c’est tout.

La question à poser est de savoir pourquoi cette profession n’intéresse-t-elle plus ?
Il s’agit de prendre soin des bébés, n’est-ce pas ? De petits être vivants fragiles et frais. Alors qu’est-ce qui ne motive pas ? ou plus ?

« C’est difficile, fatigant ». Mais quelles récompenses avec les éclats de rire et la fraîcheur candide des enfants !

« Le salaire est trop bas » ? Je ne pense pas qu’il soit plus bas que celui des infirmières par exemple. Et s’il était plus élevé, cela changerait la motivation ? La qualité de l’attention et de la posture professionnelles ?

Alors ?

Si on ne veut plus prendre soin des bébés, comme on ne veut plus enseigner aux jeunes, prendre soin des malades et personnes âgées ou travailler dans les supermarchés (celui à côté de chez moi recrute 15 personnes, une dans chaque rayon) que va-t-il se passer ?

Eh bien, un changement d’organisation de la société tout entière.
Les parents ne pourront pas faire garder leur bébé, l’un des deux s’en occupera (quid des familles monoparentales ?), ou la grand-mère ou une voisine. Certaines crèches fermeront.
Certaines familles seront prioritaires sur d’autres comme il se doit (c’est déjà le cas mais on n’en parle pas non plus). Et donc personne ne sera satisfait.
Après tout, on nous avait mis dans la tête qu’il fallait « socialiser le bébé », on nous mettra le contraire, si cela arrange les dirigeants (pas les bébés, on ne leur demande pas leur avis).

On peut même imaginer que la pénurie de personnel dans les crèches fasse chuter la natalité ?

C’est l’attitude de chacun qui se reporte sur la société toute entière.
Travailler c’est pour un salaire oui, mais c’est également pour participer au bon fonctionnement de la communauté.