Home » Posts tagged 'éducation holistique'

Tag Archives: éducation holistique

Nos formations en ligne

Le dernier livre de Murielle !
Notre page sur Facebook
Notre page sur Instagram

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Plus de 3000 vidéos montessori

Nous avons été les premiers à créer les programmes professionnels en langue française de formation online pour devenir éducateur Montessori. Cela fait deja 10 ans !

Nos programmes ont reçu immédiatement beaucoup d’encouragement. C’était un pari osé, mais de nombreuses personnes nous ont suivis !

Nous avons perfectionné sans relâche les contenus (puisque le e-learning se développait doucement en France) depuis, et aujourd’hui, ils sont les plus complets qui puissent exister en France.

Plus de 3000 vidéos illustrent en musique et en action comment et combien cette belle pédagogie peut, aujourd’hui plus qu’hier encore, répondre aux besoins fondamentaux de la vie des enfants.

Rien qu’en Géographie par exemple, nous proposons un programme inédit et unique de formation à la présentation des affiches montessoriennes et d’autres cadeaux uniques que Maria réservait à la curiosité sans limite des enfants.

Venez vous former au sein de notre Académie dont les contenus sont inégalés.

Notre programme de formation pour être éducateur dans une classe élémentaire peut s’étaler sur 2 années et il est 5 fois moins cher que d’autres qui vous obligeront à vous déplacer pour vous former, avec un contenu moins complet que le nôtre puisqu’il n’est pas limité par votre présence obligatoire.

Parlez-en autour de vous, pour faire profiter à d’autres, ce programme unique de formation au métier d’éducateur Montessori.

Nous vous attendons avec impatience

L’équipe pédagogique de l’ Académie TMF

Les petits enfants dans le train

Aujourd’hui, j’ai pris le TGV pour faire un trajet Paris-Province. Dans un carré devant mon propre siège se trouvait une jeune grand-mère (GM) avec sa petite fille (F) de 3 ans et son petit-fils de 5 ans (à peu près). Le challenge pour eux étaient de passer 3h30 dans cet espace intégré en fond de wagon sans un seul siège libre, en cette période de vacances d’hiver.

Que s’est-il passé ?
Je ne vais narrer que quelques épisodes auxquels j’ai assisté (en audio seulement car je ne voyais pas les occupants des sièges) pour aborder la compréhension du mode de fonctionnement des enfants.

1) Les besoins fondamentaux ou pas

A plusieurs reprises la petite fille a demandé d’aller aux toilettes. Après un premier déplacement, la Mamie décida que ce n’était plus possible d’y aller et qu’elle n’avait pas vraiment envie.

F -J’ai envie de faire caca
GM – Ah non

Plus tard

F – J’ai envie de faire caca
GM- Ah non, tu m’as déjà fait le coup à la gare. C’est sale ici. Ce n’est pas comme chez nous. C’est sale.

F -J’ai envie de faire caca
-Arrête
-ARRÊTE

(Pour m’être déplacée aux toilettes, j’ai constaté ni eau ni papier toilettes. L’état était cependant propre. Mais je conçois que ce soit inconfortable pour une grand-mère d’emmener sa petite-fille aux toilettes. Mais de-là à le lui interdire ?)

Qu’en est-il de nos relations avec les enfants quant à leurs besoins fondamentaux et vitaux, tel est le questionnement. Quid de leur faim, leur soif, leur envie d’aller aux toilettes, leur envie de dormir, leur envie de bouger ?
Actuellement, certains sont très peu respectés, y compris dans les classes de collège ou lycée où les jeunes ne peuvent aller aux toilettes quand ils le veulent; ne boivent pas de en dehors des repas, etc.

2) L’éducation par les menaces

– A un moment, la Mamie, épuisée dit « Je vais me fâcher très fort ! ».

Que comprend un enfant de 3 ans des menaces d’adultes ? Il entend que le ton n’est pas plaisant mais il ne comprend pas les tenants et aboutissants. « Je vais me fâcher » est un terme générique derrière se cachent tout un tas de motifs. S’ils ne sont pas clairement dits, l’enfant essaie de les deviner et les chances de se tromper sont grandes.

3) Le jugement porté sur ce que fait l’enfant

F -J’ai fini de colorier
GM -C’est du gribouillage ! Tu as dépassé là, regarde !

La petite fille avait passé de longues minutes de concentration, dans le silence pour colorier une grande surface. C’était un effort pour elle. L’adulte ne peut balayer d’un jugement ce genre d’engagement enfantin.

4) La notion de temps chez les enfants

F – Quand est-ce qu’on arrive ?
GM – Tu me l’as déjà demandé il y a 5 minutes !

F – Quand est-ce qu’on arrive ?
GM – Je ne t’emmène plus en vacances, si tu continues !

F- On va dormir dans le « crain » ?
GM- Non on va arriver dans une heure et on ira chez Grand-Mamie

F – Quand est-ce qu’on arrive ?
GM – Il ne reste plus qu’une heure !

Qu’est-ce qu’un enfant de 3 ans comprend de ce genre de réponse. Rien, assurément, car il ne sait pas encore grand chose de la vie.
Que pouvait faire sa grand-mère pour adresser cette question de temps qui défile ?
Lui montrer un cadran des heures (ou le lui dessiner) et indiquer régulièrement l’aiguille des minutes qui bouge et progresse. L’enfant aurait appris beaucoup dans ce geste simple tracé sur une feuille de papier.
Ou alors lui indiquer sur sa montre ou son téléphone mobile comment le temps s’écoule. Et l’enfant aurait observé de lui-même.

4) Les relations et les émotions

F -T’es pas contente Mamie ?
GM -Pourquoi je ne serais pas contente ? Tu n’as pas fait de bêtises.
La grand-mère associe le fait d’être contente avec l’attitude de l’enfant. C’est lui faire porter le poids de la responsabilité sur l’humeur. L’enfant doit comprendre que son attitude déclenche une émotion ou un ressenti de l’adulte.

F – Mon petit frère peut pas venir
GM – C’est compliqué de vous avoir tous les trois
F- Quand il sera grand il va avec nous (elle ne sait pas conjugué au futur)
GM – Il va être triste il va vous chercher

Ici la Grand-mère projette une émotion du petit frère, bébé dans l’esprit de la grande soeur de seulement 3 ans.

5) La fatigue de l’enfant

F- Je veux aller chez moi
GM – Qu’est-ce que tu dis ? Tu ne peux aller chez toi, on est dans le train. Tu vas en vacances une semaine chez Mamie.

Cela fait maintenant trois heures que les enfants sont « coincés » dans ce carré de sièges. Ils sont fatigués et cherchent à bouger, à parler fort, à chanter, à vivre. Rien n’est vraiment possible.

La petite fille est montée debout sur le siège (après que la 4è passagère du carré soit descendue du train lors d’un arrêt précédent). Elle passe sa petite tête toute bouclée et me fait un grand sourire. A un moment on entend un grand bruit. Je me baisse et je vois la petite fille allongée à terre sur la moquette du couloir du wagon. La Mamie la prend dans ses bras. L’enfant ne pleure pas.
Elle demande à l’enfant, si elle a mal et lui trouve une bosse sur la tête.

Les enfants se fatiguent plus vite que les adultes. Plus le voyage est long, plus le risque de blessures est grand. Comment adresser cela ? La surveillance de l’adulte doit évoluer aussi, au même rythme. Un enfant fatigué, tombe plus facilement, c’est l’adage.

Plus tard :

GM -Tu es quand même assez sage. Je le dirai à ton papa et à ta maman.

La grand-mère associe une fois de plus le comportement de l’enfant au contentement des parents. C’est un enseignement culturel renforcé qui s’imprime jour après jour dans l’esprit de l’enfant : « ton comportement rend heureux ou pas tes parents. »

C’est mal connaître le comportement humain selon lequel nous déclenchons nous-mêmes des pensées dysfonctionnelles qui déclenchent des émotions dysfonctionnelles. Notre état mental ne vient pas de l’extérieur mais c’est un mouvement qui naît de l’intérieur.

En conclusion, je suis admirative de la patience que la grand-mère a déployé durant ces 3 h30 de voyage (sans compter le temps avant de monter dans le train et après l’arrivée à la gare de destination). Elle a déployé de la force pour maintenir ses deux petits-enfants dans un état de confort maximum. Elle pourrait améliorer encore sa qualité d’écoute, de compréhension et son accompagnement éducatif. Cela demande une initiation à l’Education holistique humaniste que je prône pour le monde de demain.

Murielle Lefebvre

 

Dernier jour pour profiter de l’offre de formation à moitié prix

C’est le dernier jour avant la clôture de l’offre de Noël !

Une formation professionnelle d’éducateur Montessori,

à la carte, pour les classes primaires.

Si vous voulez en profiter, cliquez sur la page ICI

La galerie virtuelle Montessori prend des couleurs

Je travaille actuellement avec un designer et un chef de projet sur notre galerie virtuelle Montessori dont vous avez déjà eu des aperçus sur ce même blog ou sur notre page FB.

Mes échanges durant ce projet, me donne l’occasion d’entendre des questions tout azimut et de voir les interprétations des personnes qui ne connaissent pas du tout la pédagogie et plus particulièrement ne connaissent pas une classe montessori, son mobilier, ses matériels…

Je corresponds quotidiennement avec l’équipe du projet, car comme vous en avez sans doute entendu parler au sein de notre secteur pédagogique : chaque détail compte.

Même si cette galerie Montessori n’est qu’un environnement virtuel, nous le conceptualisons le plus conforme possible. Et cela impose des explications. Par exemple, les perles de Mathématiques ne peuvent être de n’importe quelle taille ni couleur. Ce n’est ni par snobisme ni par souci d’esthétisme mais dans un but cognitif dirai-je. Il y a un code couleur établi, qui permet aux perles d’apporter à l’intelligence des enfants. Grâce aux couleurs différentes pour chaque nombre de 1 à  10, l’apprenant peut faire tout un tas d’opérations plus vite et facilement, peut mémoriser et avant tout « concrétiser » les concepts abstraits mathématiques.

Bref, vous l’avez compris, nous sommes nous-mêmes, en tant que pédagogues contraints par le matériel qui est très spécifique. Sans le respect de ces contraintes, beaucoup de matériels estampillés montessori n’en sont pas et passent à côté des buts cognitifs sur lesquels des pédagogues avaient réfléchi.

 

 

 

La toute première galerie virtuelle Montessori au monde !

En 2023, nous aurons la joie de vous laisser entrer dans la première galerie virtuelle Montessori.

Elle vous permettra de vous y déplacer pour y trouver du matériel pédagogique, des ouvrages pédagogiques, des formations et des vidéos.

Celle-ci a été conçue par une équipe dynamique dont le créateur/producteur, Valentin, a été lui-même un élève de plusieurs classes Montessori en France et à l’étranger.
La France, peu à peu, va accueillir des professionnels adultes, qui auront eu la joie d’être de petits montessoriens durant leur scolarité !

Voici en pré-annonce, quelques images.

Nous vous disons à très vite en 2023, pour vous laisser découvrir par vous-même cette belle galerie !
En devenant abonné à notre blog (en cliquant tout en bas de la page), vous recevrez les annonces et verrez la galerie progresser.

 

Une nouvelle géométrie verra-t-elle le jour en France ?

La géométrie, c’est concret, c’est sensoriel, c’est utile.

Alors qu’attendons-nous pour construire avec les enfants, dès leur plus jeune âge ?

Si vous voulez découvrir comment mettre en place une dynamique d’apprentissages en géométrie, venez suivre nos conseils et notre démarche qui vous guideront vers une nouvelle ère géométrique.

Pour redonner du 3D aux enfants !

 

Suite sur les professionnels de la Petite Enfance

Comment prendre soin des bébés se résume en deux mots qui englobent tout : environnement et ambiance.

Le premier, l’environnement, est l’ensemble des moyens mis en place pour l’accueil (cad les locaux, le mobilier, les équipements, le matériels pédagogiques, etc…)
Hier, je vous parlais des crèches municipales où mes deux amies travaillent. L’une des deux structures n’a toujours pas de système de climatisation. C’est dire la priorité qui est donnée des bébés actuellement en France. Comme si le réchauffement climatique n’était pas assez médiatisé pour atteindre les oreilles des élus municipaux. Pourtant une climatisation coute moins cher que deux mini-bus à l’année pour le club de foot (utilisés le week-end seulement), non ? Je n’ai rien contre le sport, bien au contraire, mais j’observe autour de moi.

« Il faut remplir la crèche à 150% et entasser les bébés dans un dortoir à 12 ou 15 enfants« . Ce sont quelques unes des plaintes de mes amies. La directrice d’un des établissements a 27 ans (la crèche n’a pas eu de direction durant des mois, la personne étant partie du jour au lendemain), elle n’ aucune expérience de travail dans une crèche. Elle n’a suivi aucune formation ni en management, ni en pédagogie, ni sur le développement de l’enfant. Mais elle a un diplôme validé pour le poste. Ouf !

Le deuxième terme est l’ensemble des actes commis par les différents intervenants. C’est aussi le climat social qu’on appelle couramment l’ambiance dont on dit qu’elle est bonne ou mauvaise. Personnellement, je la ressens très rapidement quand j’entre dans un lieu. Les bébés aussi ressentent très vite les ondes et humeurs humaines.

Du point de vue social, une formation continue individuelle et une formation communautaire sont indispensables ainsi qu’une supervision. Cela ne résoudra pas tout, certes. Mais ce sont les essentiels indispensables et minimum dans une équipe.

Nous venons d’intervenir sur la formation d’une communauté entière d’une crèche en Guyane française et les difficultés sont fortes à de multiples niveaux.
En définitive, j’utilise actuellement surtout mes compétences d’éducatrice du mental et de plus en plus car c’est l’urgence actuelle des professionnels de la Petite Enfance. Des anciens sont épuisés et ne reconnaissent plus le métier, des jeunes sont moins résistants.

Je pense qu’on pourrait améliorer le bien-être de la cellule familiale si un des parents était vivement encouragé (financièrement et mentalement) à prendre soin de son bébé lui-même.

En conclusion je dirai que les orientations à prendre, selon moi sont mentales avant tout.
Comme disait Maria Montessori « Parmi les besoins de l’enfant nous négligeons les plus humains : ceux de son esprit et de son âme. »

Murielle Lefebvre

 

Pourquoi une posture est-elle indispensable ?

Vous avez sans doute lu, tout comme nous dans les annonces nationales publiques récentes, le drame d’une famille dont le bébé a été empoisonné par une professionnelle de crèche, gérée par une entreprise commerciale.

Pour avoir deux bonnes amies qui sont professionnelles actuellement en crèche (et ont plus de 60 ans chacune) et pour former aussi depuis de longues années des professionnelles de le Petite Enfance, je sais combien actuellement il est devenu IMPOSSIBLE de bien prendre soin des bébés. Quel drame !

Je dis toujours que c’est en observant comment on prend soin des bébés, des personnes âgées et des handicapés qu’on comprend le degré d’humanité atteint par les habitants d’un pays.

Et bien nous y sommes, car pour prendre soin des bébés, on a atteint l’indicible tant la situation est alarmiste. Et Dieu sait que je ne suis pas du genre à alarmer ni négativiser.

Nos formations sont de plus en plus boudées et pourtant elles sont basées sur l’ESSENTIEL des besoins des bébés :

– Les 5 S avec Sécurité, Santé et Soins en priorité
– La langue des signes qui sont encore une fois un moyen pour le bébé qui ne sait pas encore parler avec sa bouche de le faire avec ses mains
– Les pédagogies humanistes et holistiques

Une de mes amies me dit que le maire de la commune où se trouve la crèche, a imposé une formation pour présenter « la citoyenneté aux bébés » ! L’autre me dit qu’on a invité tous les salariés des crèches de la commune pour une session sur « l’art pour les bébés ».
Cela me fait penser au catalogue de formations proposées aux enseignants de l’EN qui proposent en priorité des thèmes sur les genres ou l’égalité des chances. Mais les essentiels sont absents. Quand je parle d’essentiels, ce sont les SOINS au sens large du terme, comme nous l’entendons au sein de notre Académie.

Prendre SOIN, c’est avoir appris à le faire pour soi ET pour les autres.

Comment le faire, si on ne l’a pas appris ? On ne connait les gestes de premiers secours que si on les apprend. Il en est de même pour les autres gestes de soin quotidien avec les enfants.

Demain, nous parlerons du fait que les métiers de prise de soin des bébés soient boudés actuellement.

On vous laisse jauger ce que nous faisons depuis 2013

Parce que Murielle Lefebvre a eu une grave maladie en 2013, l’empêchant de continuer les formations online, son fils et son ancienne directrice américaine lui ont suggéré de concevoir des formations d’éducateurs Montessori e-learning.

Elle a hésité puis osé, n’ayant pas d’autre choix. Et en dépit de toutes les critiques et incompréhensions, bientôt dix années plus tard, elle vous propose un ensemble de 217 modules organisés en 37 parcours qui sont mis-à-jour et enrichis en permanence avec Caroline Dupré, sur 360 une plateforme d’e-learning française.

C’est un contenu, sans pareil actuellement dans le monde francophone.

L’ensemble du contenu porte sur les valeurs bienveillantes des pédagogies actives et humanistes dont ont besoin les enfants et les adultes qui en prennent soin au quotidien.

Venez vous y former et inviter toutes les personnes qui souhaitent l’être !

 

Cette semaine nous avons observé les fleurs de lavande

L’été est propice, tout comme le printemps, à l’observation des plantes pour en déterminer les espèces, grâce aux fleurs notamment.

En ce moment ce sont les lavandes qui fleurissent dans les jardins. C’est l’occasion de parler de CULTIVAR, dont un autre nom commun est « variété cultivée » qui a été créée par l’homme et n’est donc pas une espèce naturelle.

Si vous cherchez les lavandes dans un guide comme celui de Delachaux (voir article précédent), vous ne les trouverez pas. Elles n’y figurent pas car les auteurs considèrent qu’il n’y a pas d’espèce naturelle de lavande en France.

Dans d’autres livres de botanistes comme celui de Cédric Perraudeau, Le chemin des herbes très joliment documenté et illustré, vous y trouverez l’espèce naturelle : Lavandula angustifiola  (famille lamiacées)

Ouvrez grands vos yeux, même dans les dunes sur le chemin de vos vacances, des belles espèces naturelles peuvent vous émerveiller !  (Pas des lavandes mais de toutes aussi belles fleurs)

L’étude de la Botanique débute dès la Maternelle dans une classe Montessori et se poursuite jusqu’au lycée selon un cursus progressif qui s’effectue dans la joie d’observer les plantes dans leur espace vital et va jusqu’à la joie de déterminer n’importe quelle plante naturelle observée dans son environnement.