Home » Posts tagged 'éducation cosmique'

Tag Archives: éducation cosmique

Nos formations en ligne

Notre page sur Facebook
Notre page sur Instagram

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Happy birthday to Maria Montessori

Il y a 152 ans, à Chiaravalle en Italie, naissait une petite fille.
Elle ne savait pas que son destin serait extraordinaire et l’amènerait à défendre les causes des enfants pauvres, de l’émancipation des femmes et de la Liberté individuelle.

Rendons hommage à cette grande dame, une des plus grandes du XXe siècle.

Suite sur les professionnels de la Petite Enfance

Comment prendre soin des bébés se résume en deux mots qui englobent tout : environnement et ambiance.

Le premier, l’environnement, est l’ensemble des moyens mis en place pour l’accueil (cad les locaux, le mobilier, les équipements, le matériels pédagogiques, etc…)
Hier, je vous parlais des crèches municipales où mes deux amies travaillent. L’une des deux structures n’a toujours pas de système de climatisation. C’est dire la priorité qui est donnée des bébés actuellement en France. Comme si le réchauffement climatique n’était pas assez médiatisé pour atteindre les oreilles des élus municipaux. Pourtant une climatisation coute moins cher que deux mini-bus à l’année pour le club de foot (utilisés le week-end seulement), non ? Je n’ai rien contre le sport, bien au contraire, mais j’observe autour de moi.

« Il faut remplir la crèche à 150% et entasser les bébés dans un dortoir à 12 ou 15 enfants« . Ce sont quelques unes des plaintes de mes amies. La directrice d’un des établissements a 27 ans (la crèche n’a pas eu de direction durant des mois, la personne étant partie du jour au lendemain), elle n’ aucune expérience de travail dans une crèche. Elle n’a suivi aucune formation ni en management, ni en pédagogie, ni sur le développement de l’enfant. Mais elle a un diplôme validé pour le poste. Ouf !

Le deuxième terme est l’ensemble des actes commis par les différents intervenants. C’est aussi le climat social qu’on appelle couramment l’ambiance dont on dit qu’elle est bonne ou mauvaise. Personnellement, je la ressens très rapidement quand j’entre dans un lieu. Les bébés aussi ressentent très vite les ondes et humeurs humaines.

Du point de vue social, une formation continue individuelle et une formation communautaire sont indispensables ainsi qu’une supervision. Cela ne résoudra pas tout, certes. Mais ce sont les essentiels indispensables et minimum dans une équipe.

Nous venons d’intervenir sur la formation d’une communauté entière d’une crèche en Guyane française et les difficultés sont fortes à de multiples niveaux.
En définitive, j’utilise actuellement surtout mes compétences d’éducatrice du mental et de plus en plus car c’est l’urgence actuelle des professionnels de la Petite Enfance. Des anciens sont épuisés et ne reconnaissent plus le métier, des jeunes sont moins résistants.

Je pense qu’on pourrait améliorer le bien-être de la cellule familiale si un des parents était vivement encouragé (financièrement et mentalement) à prendre soin de son bébé lui-même.

En conclusion je dirai que les orientations à prendre, selon moi sont mentales avant tout.
Comme disait Maria Montessori « Parmi les besoins de l’enfant nous négligeons les plus humains : ceux de son esprit et de son âme. »

Murielle Lefebvre

 

Pourquoi une posture est-elle indispensable ?

Vous avez sans doute lu, tout comme nous dans les annonces nationales publiques récentes, le drame d’une famille dont le bébé a été empoisonné par une professionnelle de crèche, gérée par une entreprise commerciale.

Pour avoir deux bonnes amies qui sont professionnelles actuellement en crèche (et ont plus de 60 ans chacune) et pour former aussi depuis de longues années des professionnelles de le Petite Enfance, je sais combien actuellement il est devenu IMPOSSIBLE de bien prendre soin des bébés. Quel drame !

Je dis toujours que c’est en observant comment on prend soin des bébés, des personnes âgées et des handicapés qu’on comprend le degré d’humanité atteint par les habitants d’un pays.

Et bien nous y sommes, car pour prendre soin des bébés, on a atteint l’indicible tant la situation est alarmiste. Et Dieu sait que je ne suis pas du genre à alarmer ni négativiser.

Nos formations sont de plus en plus boudées et pourtant elles sont basées sur l’ESSENTIEL des besoins des bébés :

– Les 5 S avec Sécurité, Santé et Soins en priorité
– La langue des signes qui sont encore une fois un moyen pour le bébé qui ne sait pas encore parler avec sa bouche de le faire avec ses mains
– Les pédagogies humanistes et holistiques

Une de mes amies me dit que le maire de la commune où se trouve la crèche, a imposé une formation pour présenter « la citoyenneté aux bébés » ! L’autre me dit qu’on a invité tous les salariés des crèches de la commune pour une session sur « l’art pour les bébés ».
Cela me fait penser au catalogue de formations proposées aux enseignants de l’EN qui proposent en priorité des thèmes sur les genres ou l’égalité des chances. Mais les essentiels sont absents. Quand je parle d’essentiels, ce sont les SOINS au sens large du terme, comme nous l’entendons au sein de notre Académie.

Prendre SOIN, c’est avoir appris à le faire pour soi ET pour les autres.

Comment le faire, si on ne l’a pas appris ? On ne connait les gestes de premiers secours que si on les apprend. Il en est de même pour les autres gestes de soin quotidien avec les enfants.

Demain, nous parlerons du fait que les métiers de prise de soin des bébés soient boudés actuellement.

On vous laisse jauger ce que nous faisons depuis 2013

Parce que Murielle Lefebvre a eu une grave maladie en 2013, l’empêchant de continuer les formations online, son fils et son ancienne directrice américaine lui ont suggéré de concevoir des formations d’éducateurs Montessori e-learning.

Elle a hésité puis osé, n’ayant pas d’autre choix. Et en dépit de toutes les critiques et incompréhensions, bientôt dix années plus tard, elle vous propose un ensemble de 217 modules organisés en 37 parcours qui sont mis-à-jour et enrichis en permanence avec Caroline Dupré, sur 360 une plateforme d’e-learning française.

C’est un contenu, sans pareil actuellement dans le monde francophone.

L’ensemble du contenu porte sur les valeurs bienveillantes des pédagogies actives et humanistes dont ont besoin les enfants et les adultes qui en prennent soin au quotidien.

Venez vous y former et inviter toutes les personnes qui souhaitent l’être !

 

Cette semaine nous avons observé les fleurs de lavande

L’été est propice, tout comme le printemps, à l’observation des plantes pour en déterminer les espèces, grâce aux fleurs notamment.

En ce moment ce sont les lavandes qui fleurissent dans les jardins. C’est l’occasion de parler de CULTIVAR, dont un autre nom commun est « variété cultivée » qui a été créée par l’homme et n’est donc pas une espèce naturelle.

Si vous cherchez les lavandes dans un guide comme celui de Delachaux (voir article précédent), vous ne les trouverez pas. Elles n’y figurent pas car les auteurs considèrent qu’il n’y a pas d’espèce naturelle de lavande en France.

Dans d’autres livres de botanistes comme celui de Cédric Perraudeau, Le chemin des herbes très joliment documenté et illustré, vous y trouverez l’espèce naturelle : Lavandula angustifiola  (famille lamiacées)

Ouvrez grands vos yeux, même dans les dunes sur le chemin de vos vacances, des belles espèces naturelles peuvent vous émerveiller !  (Pas des lavandes mais de toutes aussi belles fleurs)

L’étude de la Botanique débute dès la Maternelle dans une classe Montessori et se poursuite jusqu’au lycée selon un cursus progressif qui s’effectue dans la joie d’observer les plantes dans leur espace vital et va jusqu’à la joie de déterminer n’importe quelle plante naturelle observée dans son environnement.

Comment se faire du bien durant l’été ?

Profitez de l’été pour SORTIR !

Si vous n’avez pas pu vous aérer ces derniers temps à cause de la météo; de la pandémie, de la surcharge de travail, des soins à donner aux autres, etc…. rattrapez-vous, mettez une casquette, des lunettes de soleil et de la crème solaire et partez respirer à pleins poumons.

La Nature est là avec ses fleurs, ses arbres, ses couleurs et ses senteurs. Pas la peine de faire de nombreux kilomètres en France pour être dans la Nature. Une fois arrivé dans la clairière, le bois ou au sommet de la colline, vous vous asseyez, respirez et ouvrez grand les yeux et les oreilles en direction du monde vivant environnant. Il est grand, il est riche, il est paisible.

Que regarder ? Cela dépendra de votre personnalité.
Si vous voulez prendre une loupe et observer les fleurs, ou si vous voulez écouter le chant des oiseaux, ou encore sentir l’odeur des fleurs sauvages ou les gouter ? Certains prendront des photos de couchers de soleil, d’autres feront des dessins de paysages et d’autres enregistreront le bruit des vagues ou rapporteront un échantillon de sable.

Quoiqu’il en soit, faites-vous du BIEN, facilement et sans grand effort : communiez avec la Nature !

Et si vous souhaitez en apprendre plus sur le monde du Vivant et comment aller à sa rencontre avec les enfants, nous vous accueillons dans nos programmes de formations au métier d’éducateur(trice) de la Nature selon la pédagogie de Maria Montessori !

 

 

 

Recherche d’emploi

Femme expérimentée depuis 20 ans, intervenante sur les thèmes de l’attention, de la concentration et de l’intelligence émotionnelle auprès d’écoles Montessori et alternatives, intervenante en ateliers philosophiques et auprès d’enfants et parents sur le thème de la créativité,
CHERCHE un poste d’éducatrice Montessori dans classe maternelle dans le 78, 92 ou à Paris pour la rentrée de septembre 2022.
Tout ou partie de la formation auprès de l’Académie TMF est à négocier.
Ecrire à l’Académie TMF pour toute information.

Les temps géologiques

Voici de jolis panneaux sur les temps géologiques (savez-vous la différence entre les ères et les périodes ?)
que je vous propose d’utiliser comme bases pour des discussions avec vos petits montessoriens.

 

 

Une école Montessori à Kinshasa

Nous avons la joie de partager un article sur l’école Montessori de Kinshasa créée par Marie-Paule, formée à la pédagogie Montessori au sein de Académie, en 2016.

Article originel intégral en italien, cliquez ICI

Enseignante au Lycée belge de Kinshasa, comment avez-vous connu la méthodeMontessori ?

Depuis 2002, je suis enseignante au lycée belge « Prince de Liège » à Kinshasa, en RDC.
Pour ma plus grande joie, en 2007, est née la première de mes deux filles. J’ai toujours été adepte d’une pédagogie active dans ma classe et d’une éducation bienveillante à la maison. J’ai voulu les inscrire dans une école où on parle anglais, mais avec des valeurs semblables aux miennes. C’est alors qu’à travers les livres, j’ai découvert les bénéfices de cette merveilleuse méthode d’apprentissage Montessori.
Ensuite, c’est en la vivant à travers mes filles que j’ai compris qu’elle était faite pour moi. J’ai alors décidé de me former à travers la plateforme online TMF(Tout Montessori en France).

Quelle est la situation scolaire en R.D.C ? Y a-t-il encore beaucoup d’enfants non scolarisés ?

En 2016, lors de la création de mon ONG, seuls les enfants qui pouvaient payer les frais de scolarité avaient accès à l’enseignement. Beaucoup d’enfants vagabondaient toute la journée dans leur quartier ou leur « parcelle ». Ceci fut à l’origine de la création de « Ndako ya bana » qui fut reconnu par le Ministère des Affaires Sociales du Congo.

En septembre 2019, avec la scolarisation gratuite pour les enfants du primaire annoncée et réalisée par le président F. Tshisekedi, s’ouvre une nouvelle ère pour les écoliers congolais. Mais en septembre 2021, beaucoup d’enseignants ont entamé une grève pour la revalorisation de leur salaire et exigé des arriérés de salaire. Il y a encore beaucoup à faire en RDC, mais le travail est amorcé.

Pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir une école Montessori ?

J’ai commencé par la pratique de cette méthode dans ma classe au Lycée « Prince de Liège ». Ensuite, vu l’extrême pauvreté à Kinshasa, j’ai décidé de faire sortir la méthode Montessori de mon école. Mon objectif est d’être apte à offrir une éducation de qualité aux enfants les plus vulnérables de cette ville à travers cette pédagogie.

J’ai voulu revenir aux racines de Maria Montessori quand elle a ouvert sa première MAISON DES ENFANTS pour les enfants défavorisés de Rome et ainsi démontrer que cette pédagogie, qui en Europe est surtout réservée aux écoles privées, est également valable pour récolter de bons résultats avec les enfants vulnérables.

Qui fréquente votre école ? Comment avez-vous sélectionné les enfants ?

NYB est situé dans le quartier du Vélodrome. Zone que nous avons spécifiquement choisie. C’est une commune proche de la ville, mais en s’éloignant, à peine, de la rue principale, la pauvreté est omniprésente. Dans ce quartier, 65 % des enfants ne sont pas scolarisés. Les enfants qui ont été choisis pour intégrer notre école sont des enfants qui vivent dans un environnement très précaire. Nous avons des orphelins, des orphelins sociaux, certains avec

des parents handicapés, deux filles-mères. Mais aussi certaines familles avec des difficultés financières qui ont éprouvé le besoin de rejoindre notre projet.
Afin que l’intégration se fasse au mieux, nous avons été aidés par des organismes comme la commune, la paroisse et des éducateurs de rue. Nous travaillons également avec un pédiatre qui visite les enfants plusieurs fois par an.

Comment avez-vous formé le personnel ?

Habituellement, en R.D.C, les enfants vont à l’école de 7 H à 12 H. Comme je travaille chaque matin, les cours ont été déplacés. Ils commençaient à 10 H 45 pour que je puisse être là tous les après-midis. Aussi, c’est très important pour nous de leur offrir un repas chaud. Un enfant ne peut pas se concentrer pour apprendre s’il n’a pas mangé.

Les éducateurs ont fait un travail de préparation de 6 mois de formation intensive avant de s’occuper des enfants. Ils ont bénéficié de vidéos de présentation du matériel et de mes conseils.

Proposez-vous d’autres activités ?

Nous offrons également des cours de gym, de danse et de chants. Comme dit le proverbe :
« un corps sain dans un esprit sain ». La majeure partie de nos enfants n’ont pas accès aux activités culturelles, nous leur avons ouvert la porte de la culture à travers des visites hors de leur commune. Dernièrement, nous avons visité le PARC DE LA VALLEE DE LA NSELE, près de Kinshasa où nous avons rencontré de superbes animaux.

Avez-vous remarqué des changements chez les enfants ? Quels sont les aspects de la personnalité des enfants qui se sont le plus développés ?

Certains enfants sont arrivés à NYB avec de gros problèmes comportementaux. Un exemple de la première année qui me vient en tête est l’histoire d’Emmanuel. Il faut savoir que ces enfants sont privés, chez eux, de tout confort et que nous leur donnons la possibilité de jouer en fin de journée. Un autre enfant avait, probablement, « emprunté » sa voiture et sa réaction a été de prendre une grosse pierre pour récupérer son bien et frapper son camarade de classe. A 4 ans, il a laissé entendre que la violence dans la rue sévissait dès le plus jeune âge, c’est la loi du plus fort. Difficile d’imaginer tout cela dans notre société occidentale. Cinq ans plus tard, Emmanuel nous étonne par le sens de protection dont il fait preuve envers ses camarades de classe et son engagement pour obtenir de bons résultats scolaires. Je crois que la citation « L’éducation est une arme de paix » a un sens profond pour nous et nous cherchons à développer le plus possible cet aspect. Quel bonheur pour moi de voir les enfants concentrés dans différents travaux !

Quelles sont les difficultés majeures rencontrées pour expliquer aux familles cette approche pédagogique différente ?

Les parents ou responsables ont vraiment apprécié la qualité de cet enseignement. Les enfants ont eu l’occasion de travailler et d’étudier dans un contexte préparé et sain beaucoup plus agréable que leur milieu de vie. Les parents étaient donc contents que leurs enfants fassent partie du programme NYB. Durant notre première année d’activités, était inscrite la petite Joviane qui avait seulement 2 ans. Nous nous sommes vite rendus compte que nous ne pouvions pas nous séparer d’elle. Elle a progressé plus rapidement que les autres car elle a tiré profit des connaissances de ses ainés. Elle est entrée en primaire un an plus tôt et est encore première de classe ! Les parents qui viennent de milieux défavorisés, majoritairement analphabètes, se sont vite rendus compte des effets bénéfiques de cette pédagogie.

A votre avis, quels sont les aspects de la méthode Montessori qui ne sont plus valables à notre époque ?

Depuis quelques années, on trouve toutes sortes de matériels Montessori dans les supermarchés ou les magasins d’éducation spécialisée. On ne les appelle plus « matériels » mais « jouets »… Chacun pense pouvoir faire Montessori en classe ou critiquer Maria Montessori sans avoir vraiment étudié tout son travail. Pour moi, la philosophie de M. Montessori est beaucoup plus importante que tous ces matériaux. Montessori est avant tout une philosophie. Il s’agit de croire au potentiel de l’être humain. Si nous suivons l’enfant, nous lui permettons de libérer son potentiel de manière autonome. Le rôle de l’éducateur est d’accompagner l’enfant à cultiver son désir d’apprendre par et pour lui-même.

Quels sont les défis que Montessori doit affronter ?

Le monde change très vite. Avec la méthode Montessori, nos enfants sont préparés à cette évolution. Personnellement, je suis convaincue que cette pédagogie est celle du futur. Comme disait M. Montessori « Nous n’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus quand ils seront grands. Apprenons leur à s’adapter ». C’est ce que nous faisons à NYB: nous accompagnons nos enfants afin qu’ils puissent prendre leur vie en main en favorisant leur autonomie. Nous espérons qu’ils pourront saisir cette opportunité et surtout pouvoir rester à leur côté.

Qu’est-ce que NYB en 2021 ?

L’année 2020 se caractérise par un élément inédit en RDC, comme dans le monde entier, à cause de l’arrivée du covid qui a tout chamboulé. Celui-ci a amené des changements radicaux pour nous tous ainsi qu’au sein de notre structure. Puisque nous fonctionnons exclusivement avec des fonds propres. Nous récoltons notamment des fonds grâce à l’organisation d’évènements en Belgique et au Congo ou « parrainages » (nous demandons aux donateurs d’être parrain d’un enfant et de prendre en charge une partie de sa scolarité). Malheureusement, vu la situation, nous avons dû fermer l’école par manque de fonds.

Cela a été le moment de se refocaliser pour décider qu’elles étaient exactement les priorités de NYB. Ça a été très clair : nous devons assurer un avenir à nos 39 protégés.
Nous avons voulu restructurer notre asbl en continuant à garantir à nos enfants l’essentiel, des soins de qualité pour leur offrir une vie meilleure pour l’avenir.

Nos enfants sont actuellement scolarisés dans une école privée de Kinshasa. En plus des frais de scolarité payés par NYB, la possibilité d’une aide aux devoirs après l’école, un repas chaud tous les jours, des ateliers avec activités culturelles et sportives le samedi ont été mis en place. Nous sommes très contents du travail accompli par les enfants après un an dans cette nouvelle école. Ils ont tous obtenu de bons résultats. Ils ont été bien préparés avec la méthode Montessori. Ils sont très tenaces dans leur façon de travailler. Nous espérons que ces enfants pourront servir de modèles aux autres, les encourageant à prendre leur avenir en main.
En 2021, nous voulions continuer à changer des vies. Nous travaillons pour transformer un container de 12 mètres en bibliothèque dans l’école de nos petits. Les travaux sont en cours et on espère qu’ils seront terminés avant la fin de l’année. Faire fonctionner
notre bibliothèque sera notre défi pour 2022.
Je voudrais conclure en disant que croire en l’avenir de la R.D.C, c’est croire en l’éducation, c’est investir pour les futurs citoyens de ce merveilleux pays.

Pour mieux connaître le travail de NYB consulter le site :

https://www.ndakoyabana.com

Que faire après la formation Montessori pour les bébés ?

Caroline a préparé une vidéo concise afin de vous expliquer quels sont les débouchés professionnels de notre formation online à la pédagogie Montessori appliquée aux bébés.

Former, accompagner, guider et coacher sont des métiers différents que nous exerçons depuis deux décennies. Nous aurons grande joie à vous en faire bénéficier selon vos besoins.

Osez vous inscrire et changez votre posture vis-à-vis de vos soins envers les bébés, ces êtres extraordinaires.

PS Nous avons été les premiers à former en France en présentiel, des éducateurs Montessori pour cette tranche d’âges.
Tout le contenu de notre formation a été revu depuis 2014, date de la toute première formation Montessori online, la seule accessible sur une plateforme professionnelle française.