Home » Posts tagged 'sensoriel'

Tag Archives: sensoriel

Nos formations en ligne

Notre page sur Facebook
Notre page sur Instagram

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Des stages de Mathématiques sensorielles cet été pour les enfants !

🎯 Nous avons la joie d’annoncer un stage de Mathématiques sensorielles en ligne pour vos enfants du CM2 à la 5ème ! Celui-ci avait été créé post confinement à la demande de parents et enseignants.

🤸 Ce sont 10 heures de vidéos, d’exercices et de quizz, de quoi apprendre en s’amusant avec des outils Montessori accessibles à tous ! 🤹

⏲ Profitez des vacances de votre enfant pour lui offrir ce stage, ludique, facile, et adapté à son rythme personnel 😊 Il y accède seul en toute tranquilité.

👉 Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre site : http://blog.montessori.fr/tout-nouveau-en-avril-2021-un…/

✒ N’hésitez pas à nous poser vos questions via notre formulaire de contact : https://formations.montessori.fr/wordpress/?page_id=3494

🙋🏼 À bientôt !

🏡 L’Académie Montessori 📔

Ce que nos apprenants aiment dans nos contenus

Les points forts de nos contenus, vus par nos apprenants :

  • Les modules sont très détaillés et précis pour un contenu très complet
  • Les classeurs à concevoir sont bien documentés pour rendre « concret » les apprentissages
  • Les exercices permettent de prendre du recul sur la notion étudiée
  • Les corrections individuelles apportent une ouverture de propositions et de réflexions
  • La plateforme de e-learning permet de revenir sur les notions et documents

Découvrez notre catalogue ICI

Que faire après la formation Montessori pour les bébés ?

Caroline a préparé une vidéo concise afin de vous expliquer quels sont les débouchés professionnels de notre formation online à la pédagogie Montessori appliquée aux bébés.

Former, accompagner, guider et coacher sont des métiers différents que nous exerçons depuis deux décennies. Nous aurons grande joie à vous en faire bénéficier selon vos besoins.

Osez vous inscrire et changez votre posture vis-à-vis de vos soins envers les bébés, ces êtres extraordinaires.

PS Nous avons été les premiers à former en France en présentiel, des éducateurs Montessori pour cette tranche d’âges.
Tout le contenu de notre formation a été revu depuis 2014, date de la toute première formation Montessori online, la seule accessible sur une plateforme professionnelle française.

Maria Montessori, spécialiste en psychologie expérimentale

« L’enfant doit, par un effort continu, courir derrière l’esprit du maître, qui, à son tour, est poussé à courir derrière un programme, établi au hasard, et non, certainement, sur les tendances de l’enfant.

L’esprit doit passer d’une chose à une autre. Des images fugitives, et incertaines comme des rêves, apparaissent de temps en temps devant les yeux de l’enfant; le maître dessine un triangle sur le tableau noir et puis l’efface; vision momentanée et présentée abstraitement. Un triangle concret ne fut jamais dans la main des enfants; ils devront se rappeler, avec des efforts, un contour devant lequel, en peu de temps, les calculs géométriques abstraits afflueront; cette figure n’agira jamais en eux, et ne sera jamais sentie, combinée avec les autres; elle ne sera jamais une source d’inspiration…. » Maria Montessori

avec un fil à plomb, l’enfant cherche les 3 hauteurs du triangle

Grande psychologue expérimentale avant tout le monde, Maria Montessori a eu l’intuition de la pédagogie sensorielle appliquée à tous. Ainsi, dans une classe montessori, on propose à l’enfant des barres en bois afin qu’il construise lui-même un triangle, le déconstruise, l’assemble avec d’autres triangles ou formes géométriques et finisse par se souvenir pour toujours, grâce à ses ressentis multisensoriels, ce que sont des triangles.

 

 

Quelles répercussions de la crise sanitaire sur nos enfants ?

Cette semaine, j’ai été invitée à un atelier organisé pour les professionnels de la petite enfance sur le sujet. L’occasion d’accueillir et de partager nos observations et nos questionnements sur notre vécu au sein des crèches, des écoles, des lieux d’accueil périscolaire, des ateliers parents/enfants, des ludothèques….

Pendant 2 ans, nous nous sommes adaptés, du mieux que nous pouvions avec la visibilité et les moyens que nous avions.

Nous avons fait face mais nous avons tous été profondément bousculés.

Et les enfants aussi.

Exemples d’observations :

  • des bébés qui ne sourient pas aux adultes masqués,
  • les petits enfants qui réclamaient des bisous au début de la crise n’en réclament plus,
  • des enfants qui ne peuvent pas observer le visage en entier de l’adulte pour décoder ses émotions, ses paroles avec parfois une confusion sur l’identité de la personne qui parle,
  • des enfants qui se suradaptent aux règles changeantes et à l’incertitude de leur figure d’attachement,
  • des enfants qui doivent accepter des intrusions physiques régulières avec les tests à répétition,
  • des enfants et adolescents dont le masque est devenu une seconde peau,
  • des jeunes dont le temps d’écrans a été décuplé pendant cette période,
  • des enfants qui comprennent qu’ils sont un danger pour leurs grands-parents, ils doivent donc protéger les adultes, les rôles sont inversés,
  • des comportements d’agressivité qui émergent aujourd’hui et n’avaient jamais été observés auparavant…

Quels seront les effets à long terme de cette période de suradaptation ? Quels impacts cela a-t-il sur le développement du langage ? sur le développement des compétences relationnelles ? sur la sécurité intérieure de l’enfant…

Tant de questions qui nous habitent et nous inquiètent et dont nous n’avons pas encore totalement la portée.

 

Nous, les adultes, avons, en nous, des ressources d’adaptation c’est certain.

Mais cette adaptation a mobilisé notre énergie physique et psychique, parfois jusqu’à épuisement.

 

Or les enfants ont besoin de se sentir en sécurité. Cela fait partie, comme nous, de manière amplifiée, d’un de leurs besoins vitaux. Lorsqu’ils perçoivent un danger, ils se tournent vers les adultes qui prennent soin d’eux pour recevoir de l’empathie et un réconfort qui les apaisera.

Mais un adulte qui se sent vulnérable, impuissant, stressé et fatigué est moins disponible pour l’enfant dont il prend soin car il se sent lui-même en insécurité.

L’adulte a donc besoin de prendre soin de lui-même, de faire preuve d’auto-empathie, pour être en mesure d’apporter toute l’empathie dont l’enfant a besoin.

On peut prendre soin de soi en accueillant ce que l’on ressent face à ces observations, en nous connectant à ce qui fait sens pour nous, en choisissant ce qui compte vraiment, ce qui nous anime et ce sur quoi on peut agir (nos choix, nos paroles, nos actes) tout en laissant ce sur quoi nous n’avons aucune prise et qui ne peut donc, à terme, que nous épuiser.

Adaptons-nous là où en sont les enfants aujourd’hui, en ayant confiance en nos ressources, en prenant soin de nous pour être en capacité d’offrir l’empathie nécessaire aux enfants que nous accompagnons.

Caroline Dupré

Une crèche accueille des bébés aux troubles neurodéveloppementaux

Je suis déjà dans le couloir qui mène à l’ascenseur car je viens de visiter la crèche, accueillie par Maude – une éducatrice que Caroline et moi avons formé à la pédagogie Montessori pour les bébés – et par la directrice. C’est un lieu où des enfants âgés de moins de 3 ans et ayant des troubles neurodéveloppementaux sont accueillis par une équipe multidisciplinaire.
Nous sommes en train de nous dire au revoir après une matinée de visite et d’échanges professionnels intenses et enrichissants.
Tout à coup un jeune garçon, sans doute âgé de moins de 2 ans, se jette dans les jambes de Maude. Elles s’accroupit sur le pas de la porte et l’enfant, se love sur ses genoux. Il enroule presque la totalité de son corps autour des jambes de Maude. On ne voit plus sa tête qu’il tient en direction du sol. Et il ne bouge plus.
Maude en est toute paralysée de surprise et d’émotions. Elle rit. La directrice s’est accroupie aussi à côté d’eux. Ces 3 personnes sont en communion dans un instant d’éternité. Nous sommes, la maman et moi, de chaque côté de l’entrebâillement de la porte d’entrée, témoins forcées de cet événement déclenché par ce très jeune garçon. La joie nous gagne.
Maude caresse le dos du jeune garçon et lui dit « merci Max pour ce câlin. Je suis contente que tu me fasses ce câlin. »

Tout le monde est relié à cet instant magique qui semble figer le temps. Pour la joie de chacun.

Murielle – février 2022

Comment éliminer simplement des fautes d’orthographe

Comme je l’écrivais récemment nous avons besoin d’orthographe, sans conteste.

Or, je constate un lâcher de plus en plus flagrant de la part de certains adultes, ce qui encourage les enfants à faire de même, soyons-en conscients. Sauf qu’à l’école, ce n’est pas permis.

L’orthographe consiste à « se poser des questions ». Qui ? Combien ? Quoi ?…

Je vous partage un protocole que j’ai utilisé avec mon fils âgé de 9 ans.

Il faut peu de matériels :

 

  1. Un livre qui contiennent des paragraphes motivants pour l’enfant
  2. Un cahier avec des lignes, un crayon à papier et une gomme, un crayon noir (pour les sujet) et un rouge (pour les verbes)
  3. Une ardoise avec le mode d’emploi à suivre pour que l’enfant vérifie son orthographe

Une fois de plus l’environnement et l’ambiance (vous connaissez mes 2 ingrédients phares) sont adaptés, sinon c’est l’échec assuré pour l’éducateur comme pour l’enfant.

L’adulte lit le paragraphe tout haut, demande à l’enfant s’il a compris de quoi il s’agissait. Puis il commence la dictée.

Puis l’enfant applique le protocole écrit sur l’ardoise (Il connait la grammaire Montessori et marque les verbes et les sujets de couleur).

Ensuite, il prend le livre et corrige lui-même le paragraphe.

Pour finif, l’adulte corrige, avec lui, son paragraphe.

Il reste parfois encore des fautes oubliées par l’enfant, l’occasion de lui redire les règles d’orthographe.

On procède ainsi chaque matin, jusqu’à faire évoluer la formule selon ce qui se vit dans la classe ou la famille.

En quelques semaines tout le monde aura progressé !

 

Des chatons = de la joie partagée !

 

 

 

 

 

 

[COUP DE COEUR DU JOUR]

Qui dit pédagogie sensorielle, dit contacts avec le monde environnant.

Parmi ces contacts, il y en a qui sont très doux pour l’esprit et pour le corps. Adultes ou enfants, nous sommes tous unanimes : quoi de plus réconfortant moralement et physiquement qu’une portée de chatons joyeux et en pleine santé grâce à leur mère ?

De plus en plus d’hommes et de femmes se sentent seuls, sans contacts sociaux humains positifs, sans relations professionnelles à la hauteur de leur espérance.

Et si vous adoptiez un chaton dans votre classe, ou votre maison ?

« Enfin lire » est enfin disponible !

C’est une grande JOIE pour moi de vous annoncer la publication du support écrit de présentation de la méthode OML pour apprendre à lire et à écrire selon une approche pédagogique multisensorielle.
Ce NOUVEL ouvrage est tout en couleurs et au format A4 pour le plaisir des yeux PARCE QU’il VOUS permet une première approche agréable.
Merci à Alain Lefebvre pour cette belle maquette dont je rêvais, à Caroline pour ses relectures et son soutien et à Noémie pour les illustrations.
La méthode OML VOUS permet PLUS car basée sur des expériences scientifiques éducatives.

Commandez-le en cliquant simplement sur la photo de sa couverture ci-dessus et recevez-le dès demain !

 

 

Un enfant est heureux s’il ressent la vie, s’il bouge, s’il aime, s’il est aimé.

« Les fraises sont rouges, sentent bon et fondent dans ma bouche. Je peux les cueillir puis les préparer pour le repas. J’aime les arroser chaque jour. Mes amis et mon éducateur m’aiment. »

La recette est simple ! Un grand bac en bois, un peu de terreau, des fraisiers, de l’eau et de la patience.