Home » Posts tagged 'mental'

Tag Archives: mental

Nos formations en ligne

Notre page sur Facebook
Notre page sur Instagram

Notre chaine YouTube

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

« Il a rattrapé son retard » ou comment refuser les peurs des autres

Hier, je parlais avec une maman d’un enfant à troubles autistiques. Dans la conversation, elle me dit  « Il a rattrapé son retard en CP ».
De quoi parle-t-elle ? Du retard pour arriver à l’heure en classe ? Du retard dans ses exécutions d’apprentissage ?
Je lui demande gentiment d’expliquer ce que cela signifie pour elle.
Elle se lance alors dans des descriptions qui sont plus des comparaisons. « Il écrit en cursif comme les autres ! »

Cette maman porte le poids de ses peurs. D’où viennent-elles ?


C’est souvent notre entourage qui nous propose ses peurs. Et chaque jour nous sommes capables de mettre sur notre dos des peurs, nous chargeant toujours plus.

Comment faire pour se décharger ?

Nous pouvons entendre ce qu’on nous dit, mais c’est important, de ne pas transformer cela en peurs.

« Votre enfant a du retard ». « A qu’est-ce qui vous faire dire cela ? »

« Il n’écrit pas du tout ». « Est-ce que c’est définitif ? »

« Il ne joue pas avec d’autres camarades. » « A la maison, il joue avec ses soeurs. »

« Il n’arrive pas à se concentrer ». « Il construit des maquettes lego durant des heures. »

Les peurs des parents deviennent souvent les peurs de leurs enfants et ainsi de suite dans la succession généalogique.

Idem sur les menaces. Si autour de vous certains fonctionnent dans le mode « menaces », ils ne pourront poursuivre longtemps ainsi la relation, car c’est vous qui avez le pouvoir de ne pas activer les paroles en charges menaçantes. Ce ne sont que des paroles.

« On ne pourra pas le faire passer en CE1 ». « Il a prouvé, dans plusieurs domaines, qu’il pouvait s’adapter. »

« S’il ne fait pas ses devoirs de Mathématiques, il ne pourra pas progresser ». « Actuellement, il grandit beaucoup et cela le fatigue énormément.’

Attention, il ne s’agit pas de se soustraire aux lois, ni aux organisations. Il s’agit de ne pas créer de peurs inutiles, qui ont pour conséquences de nous déstabiliser, nous ralentir voire nous nuire.

Murielle Lefebvre
Educatrice du mental

 

Comment j’enseigne les Mathématiques aux lycéens ?

Je mets au point des séances holistiques où il y a des étirements physiques et du coaching mental en plus des Mathématiques.

Les séances sont de 1h30 minimum, dans une salle suffisamment spacieuse pour bouger, être debout, travailler par terre sur des tapis confortables.

J’aide les jeunes à identifier leurs lacunes, blocages et difficultés en Mathématiques et du point de vue des apprentissages en général. Ils en font une liste (et donc des objectifs à inscrire dans leur voeux de progrès) qu’on met dans un classeur individuel.

Et enfin j’utilise du matériel (étiquettes, cartes, encastrements montessori, dés, barres…); c’est souvent ce que les jeunes redemandent en priorité d’ailleurs ! Et sachez qu’ils ne réclament pas l’ordinateur et n’utilisent pas leur mobile du tout durant toute la séance !

J’utilise des supports variés tels ardoise velada, tablette d’écriture, grand tableau…. car le mouvement et les gestes permettent souvent de libérer des crispations (physiques et mentales).

Quelles répercussions de la crise sanitaire sur nos enfants ?

Cette semaine, j’ai été invitée à un atelier organisé pour les professionnels de la petite enfance sur le sujet. L’occasion d’accueillir et de partager nos observations et nos questionnements sur notre vécu au sein des crèches, des écoles, des lieux d’accueil périscolaire, des ateliers parents/enfants, des ludothèques….

Pendant 2 ans, nous nous sommes adaptés, du mieux que nous pouvions avec la visibilité et les moyens que nous avions.

Nous avons fait face mais nous avons tous été profondément bousculés.

Et les enfants aussi.

Exemples d’observations :

  • des bébés qui ne sourient pas aux adultes masqués,
  • les petits enfants qui réclamaient des bisous au début de la crise n’en réclament plus,
  • des enfants qui ne peuvent pas observer le visage en entier de l’adulte pour décoder ses émotions, ses paroles avec parfois une confusion sur l’identité de la personne qui parle,
  • des enfants qui se suradaptent aux règles changeantes et à l’incertitude de leur figure d’attachement,
  • des enfants qui doivent accepter des intrusions physiques régulières avec les tests à répétition,
  • des enfants et adolescents dont le masque est devenu une seconde peau,
  • des jeunes dont le temps d’écrans a été décuplé pendant cette période,
  • des enfants qui comprennent qu’ils sont un danger pour leurs grands-parents, ils doivent donc protéger les adultes, les rôles sont inversés,
  • des comportements d’agressivité qui émergent aujourd’hui et n’avaient jamais été observés auparavant…

Quels seront les effets à long terme de cette période de suradaptation ? Quels impacts cela a-t-il sur le développement du langage ? sur le développement des compétences relationnelles ? sur la sécurité intérieure de l’enfant…

Tant de questions qui nous habitent et nous inquiètent et dont nous n’avons pas encore totalement la portée.

 

Nous, les adultes, avons, en nous, des ressources d’adaptation c’est certain.

Mais cette adaptation a mobilisé notre énergie physique et psychique, parfois jusqu’à épuisement.

 

Or les enfants ont besoin de se sentir en sécurité. Cela fait partie, comme nous, de manière amplifiée, d’un de leurs besoins vitaux. Lorsqu’ils perçoivent un danger, ils se tournent vers les adultes qui prennent soin d’eux pour recevoir de l’empathie et un réconfort qui les apaisera.

Mais un adulte qui se sent vulnérable, impuissant, stressé et fatigué est moins disponible pour l’enfant dont il prend soin car il se sent lui-même en insécurité.

L’adulte a donc besoin de prendre soin de lui-même, de faire preuve d’auto-empathie, pour être en mesure d’apporter toute l’empathie dont l’enfant a besoin.

On peut prendre soin de soi en accueillant ce que l’on ressent face à ces observations, en nous connectant à ce qui fait sens pour nous, en choisissant ce qui compte vraiment, ce qui nous anime et ce sur quoi on peut agir (nos choix, nos paroles, nos actes) tout en laissant ce sur quoi nous n’avons aucune prise et qui ne peut donc, à terme, que nous épuiser.

Adaptons-nous là où en sont les enfants aujourd’hui, en ayant confiance en nos ressources, en prenant soin de nous pour être en capacité d’offrir l’empathie nécessaire aux enfants que nous accompagnons.

Caroline Dupré

Laissez les animaux tranquilles !

Jusqu’à récemment je pensais que de dire aux enfants « tu dois te laver les mains avant le repas », ou aux adultes « vous n’avez pas le droit de vous garer sur le trottoir » aurait un impact. Puis j’ai compris que je pouvais le dire; mais je ne devais pas attendre de réponse, ou tout au moins la réponse que j’attendais moi. Les enfants ne vont pas se laver les mains parce qu’ils se disent qu’elles ont capté des microbes et saletés, les adultes se garent sur le trottoir en se disant qu’il n’y a pas de place ailleurs et que l’autre automobiliste ne leur a pas laissé assez d’espace pour une 2e voiture.

L’impact sur l’autre est non mesurable et variable. Le médecin donne ses prescriptions médicales pour vous guérir, selon lui. Certains « patients » vont suivre à la lettre, d’autres feront le contraire, rien du tout ou aménagerons….

Tout ceci se nomme BIAIS COGNITIFS et nous en faisons tous. Nous interprétons le monde extérieur instantanément. Et cela peut déclencher une réaction vive en face de nous car l’autre n’a pas forcément les mêmes BIAIS COGNITIFS.

Mon fils chasse la poule du nichoir pour qu’elle aille manger et laisse la place à la suivante. Cela me met en colère car ma posture est de « laisser les poules pondre » comme elles le décident et de ne pas m’immiscer dans la vie sociale du poulailler.

Tout est MENTAL, y compris le poulailler !

 

 

 

 

Un mur de citations de Maria Montessori

Nos stagiaires ont la possibilité d’afficher des citations qu’elles aiment sur un mur virtuel au sein de nos parcours de formations e-learning.

Appuyons-nous sur ces belles phrases en quantité illimitée dans les écrits de Maria Montessori.
Nous avons tout à y gagner, car elle a vécu une vie semée d’embûches, dont elle s’est affranchie avec grandeur et dignité.

Puisons de la force et regonflons notre mental grâce à ces belles vérités montessoriennes !

 

Tout est mental

Actuellement nous sommes tous plongés dans une nouvelle réalité quotidienne, déclenchée par le virus Covid19.

Nous n’étions pas du tout préparés au fait qu’un fléau pouvait s’abattre sur nous et pourtant les signes d’une telle probabilité sont là depuis longtemps. Un accident nucléaire pourrait par exemple nous plonger encore plus dans l’horreur planétaire.

Que faire ?
Apprendre à utiliser sa force mentale est fort utile.
Le mental est ce qui nous habite en permanence puisqu’il s’agit de l’ensemble de nos pensées internes. Nous n’avons pas appris à le découvrir et à l’utiliser, ni à l’école, ni dans les familles, ni dans le monde du travail. Ce sont les sportifs qui nous illustrent le mieux le potentiel humain, y compris le potentiel mental.

Rassurons-nous, ce n’est pas irrémédiable et chacun de nous peut décider aujourd’hui, maintenant, de prendre en charge votre mental.
Les aides sont nombreuses, grâce par exemple à des personnes qui ont pris la plume pour coucher sur le papier leurs idées sur le sujet (me demander une bibliographie si besoin).
Après vous êtes assurés que la démarche mentale découverte vous convienne, vous pouvez trouver des clubs, des thérapeutes, des formateurs, de plus en plus de personnes sensibilisées à ce besoin.

En 2021, nous avons la grande chance de pouvoir rencontrer virtuellement ou pas, des individus qui ont à partager sur ce sujet. Ce nouveau métier de « coach mental » est aujourd’hui un plus indispensable aux sportifs, aux chefs d’entreprises, à certains malades. Pour ma part, j’ai choisi d’utiliser le terme d’« éducatrice pour le mental ».

Avec votre mental, vous allez pouvoir passer le cap de cette pandémie et vous vous serez enrichi d’une avancée dans votre potentiel global. Nous allons tous en bénéficier, ensemble.

Les enfants, les femmes, les hommes, de tout âge (ou presque) peuvent s’initier à la gestion mentale. C’est apprendre à se connaître. Le voulez-vous ?

ML

Préserver l’intégrité physique et morale des sportifs mineurs

Une fois n’est pas coutume, nous vous partageons aujourd’hui un document au format PDF rédigé par la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Ile-de-France.

Parce que les enfants font de plus en plus d’activités extra-scolaires, ce document contient de nombreuses informations à connaître et faire circuler.

Des chatons = de la joie partagée !

 

 

 

 

 

 

[COUP DE COEUR DU JOUR]

Qui dit pédagogie sensorielle, dit contacts avec le monde environnant.

Parmi ces contacts, il y en a qui sont très doux pour l’esprit et pour le corps. Adultes ou enfants, nous sommes tous unanimes : quoi de plus réconfortant moralement et physiquement qu’une portée de chatons joyeux et en pleine santé grâce à leur mère ?

De plus en plus d’hommes et de femmes se sentent seuls, sans contacts sociaux humains positifs, sans relations professionnelles à la hauteur de leur espérance.

Et si vous adoptiez un chaton dans votre classe, ou votre maison ?

Un mauvais geste et tout change !

  (photo personnelle non liée à l’article ci-dessous)

Cette nuit, le grand tennisman M. Djokovic a été disqualifié à cause d’un geste de frustration lors d’un match de l’US OPEN.
Et alors ? me direz-vous.  Eh bien ce geste, d’envoyer une balle derrière lui de colère, a eu pour conséquence de blesser une arbitre qui a reçu la balle dans la gorge !

Il y avait très très peu de chance pour que cela arrive, mais c’est arrivé.

Cela me donne l’occasion d’illustrer plusieurs faits :

1) les grands sportifs sont sous pression, plus grande peut-être que les autres, mais ils le sont quoiqu’ils fassent. D’où la nécessité d’être coaché mentalement quelque soit son niveau.

2) tout geste a une conséquence, sur soi, sur les autres. Et cela peut être négatif. Et même un grand joueur comme Djoko n’effacera pas ce qui est arrivé.

3) notre mental est ce qui nous gouverne, qu’on l’accepte ou non (attention je ne parle pas des émotions, sous-ensemble, du mental).

Rappelons à chacun que nos actes déclenchent des émotions, des faits, des réactions, chez nous et chez les autres et que l’inverse est vrai également  : les faits, les réactions, les émotions déclenchent nos actes.

Le coaching mental parental aide les parents à prendre conscience de cela et cela déteint positivement sur leurs enfants puis sur tout le monde.
Le coaching mental des éducateurs les aide à garder confiance dans leurs compétences, faire grandir leur estime et leur permet de mettre en place des parades à ce qui fait fléchir leur mental.

Je peux vous accompagner dans cette direction

Murielle Lefebvre

 

 

 

Qu’est-ce que notre approche MIP au métier d’éducateur ?

C’est un équilibre entre le Mental, l’Intelligence et le Physique. Les 3 dimensions principales de l’individu sur lesquelles nous conseillons nos stagiaires de se focaliser.

Comment atteindre les 30% de chacun des besoins fondamentaux, voici ce que nous vous proposons de découvrir.

Si cette approche vous intéresse, abonnez-vous à nos webinaires thématiques dès aujourd’hui, facilement, et pour quelques dizaines d’euros vous aurez accès à toute une bibliothèque de thèmes indispensables au métier d’éducateur d’aujourd’hui pour accompagner les enfants dans leur vie d’adulte de demain.