Home » Posts tagged 'français'

Tag Archives: français

Montessori pour mon bébé

Les albums des leçons Montessori

Commandez-les sur Amazon !

Les cahiers Montessori

Les cahiers Montessori
Commandez-les sur Amazon !

Notre livre « La pédagogie Montessori illustrée »

Commandez-le en version papier ou ebook

Notre livre « 365 jours d’école à la maison »

Notre livre : 365 jours d'école à la maison
Commandez-le en version papier ou ebook

Notre livre « Montessori pour les bébés »

Commandez-le en version papier sur Amazon.fr

OML sur Youtube

OML sur Youtube

Notre matériel utilisé pour apprendre le français aux collègiens allemands

Paula a 14 ans, elle est allemande et commence sa 4e année de Français. Elle est accueillie, pendant ses vacances scolaires d’une semaine dans une famille française et elle se rend au collège avec le jeune garçon français de la famille d’accueil. Elle est très motivée pour améliorer son français.

Caroline, la maman de la famille d’accueil est éducatrice et formatrice Montessori/OML et lui propose de l’aider dans son apprentissage du français en utilisant les cartes du cahier Montessori 1 : vocabulaire de photos en couleurs” (en vente sur amazon.com) qui permettent de découvrir tous les phonèmes français de manière progressive.

Les cartes présentent 64 niveaux de phonèmes/graphèmes. Pour chaque niveau, les cartes sont illustrées par des photos d’objets ou de personnes dont le nom contient le même phonème. Au dos de chaque photo on trouve le nom de l’objet, l’animal ou la partie. Le phonème étudié est écrit dans le nom d’une couleur différente.

Caroline nous confie ses observations sur l’utilisation des pochettes par la collégienne

Il est 14h, Paula sort la 1re pochette. Elle pose les photos les unes à côté des autres.
Pour chaque photo, si elle connaît le nom en français elle le dit. Lorsqu’elle ne le connaît pas, elle retourne la carte et lit le mot.
Dans cette première pochette, elle découvre les mots suivants “un mur, du fil, un pic, une vis, un lac”. Puis elle remet toutes les cartes face photo. Elle essaie alors de se souvenir des noms qu’elle vient de découvrir.

Je lui propose de faire un jeu : je lui dis “un mur” et elle doit me donner la carte correspondante. Je nomme ainsi chaque carte qu’elle me donne.

Elle est très surprise car elle réalise que si elle n’arrive pas encore à les nommer elle est capable de les reconnaître. Elle me dit qu’elle trouve ce travail très intéressant pour elle.

Elle reprend ensuite les cartes et essaie de nommer en regardant les photos. Elle fait cela plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle arrive à les dire tous sans retourner la carte.

Ensuite elle décide d’écrire les mots qu’elle vient d’apprendre pour les garder en mémoire. Elle fait de même avec la 2e et la 3e pochette.

Après la 3e pochette, Paula veut reprendre la 1re pour voir si elle se souvient des mots qu’elle vient d’apprendre. Elle reprend ensuite la 2e et à nouveau la 3e.

Elle est contente de se souvenir de tout !

Ce qui l’intéresse particulièrement aussi c’est la prononciation de chaque mot. Lorsqu’elle répète le même phonème difficile pour elle (par exemple le “an”) mais dans plusieurs mots, on sent que cette répétition lui apporte beaucoup.

Puis elle prend la pochette 4 et continue le même travail avec beaucoup d’application et d’intérêt.

Je la laisse travailler seule pendant un bon moment. Elle fait des pauses mais revient à son travail et je la retrouve vers 17h30 à la pochette 39 !

Remarques :

Agée de 14 ans, Paula a vraiment apprécié le fait de manipuler ces cartes, de pouvoir les retourner pour découvrir le mot qu’elle ne connaît pas. Le classement des cartes par phonèmes lui permet de renforcer ceux qu’elles maîtrisent et de répéter ceux qu’elles ne maîtrisent pas. Elle a pu aussi en même temps revoir le genre des noms car l’article est indiqué. Elle n’a pas vu passer le temps et compte bien s’y remettre demain !

Vous aussi utilisez ce matériel en vente dès maintenant sur cette page

Des vrais cahiers montessori pour la classe

Voici ce que nous écrivent les éducateurs Montessori qui utilisent nos cahiers dans leur classe :

« Je suis enseignante en ZEP ou beaucoup d’enfants sont bilingues et ont donc besoin de bien apprendre les phonèmes dans leurs deux langues, et c’est ce que je leur enseigne depuis des années. J’ai découvert les cahiers montessori de Mme Lefebvre et je les adapte aux besoins de chaque enfant, certains n’utiliseront que les cahiers de la série 2, d’autres les cahiers avec la grammaire et la conjugaison. »

« A quand les cahiers de la série 4 ? Merci aux auteurs ! »

« Au début, j’étais un peu étonnée par la forme très dépouillée des cahiers, puis lorsque nous avons avancé dans les séries des cahiers sur les phonèmes, j’ai pu voir que mon fils avait besoin de revoir certains phonèmes avec des mots plus compliqués. Enfin des supports sérieux contrairement à pleins de petits cahiers style education nationale ou on mélange 2 ou 3 sons par page ! »

« Je suis éducatrice Montessori depuis 25 ans en France. Rien n’avait été conçu pour aider les professionnels à structurer les leçons en français. Les enfants développent un vocabulaire très vite grace aux cahiers et une vraie progression permet à chaque enfant d’avancer à son rythme. Mes collègues attendent la suite de la progression ! »

« Je me suis mise à la grammaire montessori et ma fille me réclame d’autres cahiers ! L’aspect répétitif lui plait beaucoup car elle est dans une boucle de réussite. J’ai acheté les cahiers de correction autonome, ainsi, elle se corrige seule et se note seule. »

« La collection entière est chère, mais comme j’ai deux enfants dyslexiques, j’ai investi. Et je n’ai pas regretté car ils savent maintenant tous les phonèmes français. » 

« Je vit en Australie et enseigne le français et l’anglais. J’ai cherché des supports bilingues pour enseigner les phonèmes et je suis tombée sur la méthode OML. J’ai suivi la formation et acheté les cahiers pour le français. J’utilise pour les adultes aussi la méthode et les supports très utiles et complémentaires. »

« Je suis très content d’utiliser les cahiers dans ma classe. J’ai fait toutes les étiquettes du cahier 1 et nous jouons tous les jours avec les sons. »

« Enfin une aide pour le français dans la pédagogie montessori. LE format en 3 cahiers permet de ne pas tout acheter d’un seul coup et comme ma fille était motivée, j’ai acheté au fur et à mesure. Un tableau pour la grammaire serait bienvenu pour les personnes comme moi pas formée à la méthode. »

Réponses aux questions du webinaire sur la méthode OML

Nous partageons ci-après les réponses écrites aux questions reçues à l’occasion du webinaire portant sur la méthode OML en avril 2017.

« Avec cette méthode, comment préserver le libre choix de l’activité de l’enfant ? Après les présentations avec l’adulte, a-t-il la possibilité d’y revenir seul et comment s’opère le contrôle de l’erreur ? »
Dans la pédagogie Montessori, le libre choix est une valeur forte. Même si en classe primaire, celle-ci continue à guider l’enfant dans son travail quotidien, des sessions courtes obligatoires, souvent en petits groupes, sont programmées dans le langage, les mathématiques et les sciences. Avec la méthode OML, l’éducateur propose une session quotidienne d’une durée de 30 minutes environ qui comprend la révision des phonèmes-graphèmes avec les cartes phonétiques, l’introduction d’un nouveau phonème/graphème avec le plateau de sable, l’épellation des mots rouges, les dictées de mots et de phrases. Suite à cette session l’enfant peut continuer son investigation par l’utilisation des cahiers Montessori, l’utilisation des images des phonèmes-graphèmes pour des jeux, des copies de mots, des révisions des sons avec des camarades de la classe, etc. Du matériel complémentaire, comme les petits objets soutient la méthode et applique le libre choix.

Si je veux apprendre l’anglais, avez-vous mis une formation en ligne ?
Notre formation e-learning intitulée « méthode OML en anglais » est destinée aux enseignants de la langue anglaise, pour les primo-apprenants (enfants ou adultes).

Est-ce que les trois écritures (script, cursive et majuscule) sont utilisées ? N’y a-t-il pas une confusion entre la méthode phonétique et syllabique ?
Attention, il n’y a que 2 types d’écriture selon la classification française et chacune étant déclinable en minuscules et majuscules, cela donne quatre types au final. Si l’on prend en compte les polices de caractères multiples qui nous entourent, l’œil de l’enfant s’habitue graduellement à toute cette diversité. Dans la classe, je recommande d’utiliser l’écriture cursive en minuscule le plus possible dans les apprentissages et de laisser les autres de côté avant 6 ans.
Concernant la classification des méthodes d’écriture-lecture que je qualifierais de traditionnelle, là aussi il faut être précis dans ce que l’on décrit et le vocabulaire utilisé, on s’y perd parfois.
« Phonétique » est un adjectif qui caractérise l’utilisation des sons, ou phonèmes, on utilise aussi le mot phonologique, et j’aurais tendance à le conseiller dans la méthode OML. « Syllabique » est un adjectif qui caractérise bien la méthode OML car on travaille avec les sens (visuel, auditif et kinesthésique) sur la construction de la syllabe française (qui peut être composée de une à six lettres parfois -comme dans « étaient » où la 2e syllabe contient six lettres- par exemple).

Je ne sais pas si ça a déjà été précisé, OML c’est le sigle de quels mots SVP ?
Orton-Gillingham Montessori pour les Langues
Orton-Gillingham Montessori for Langages

A quel point ça peut être bénéfique ou non, d’acheter les cahiers et de les utiliser sans avoir suivi la formation ?
Les cahiers Montessori sont très simples à utiliser, même sans avoir suivi de formation Montessori. Les seuls pré-requis concernent les symboles et couleurs pour la grammaire.

Ces mêmes cahiers existeraient-ils pour la langue anglaise ?
Il existe de nombreux supports phonétiques (phonics en anglais) pour la langue anglaise à destination des enfants dans le commerce. Nous ne prévoyons pas de faire les cahiers en anglais pour le moment.

Si on n’utilise que les cahiers, on n’a pas le bénéfice de la méthode OML ?
En effet, les cahiers Montessori, même s’ils s’inspirent de la méthode OML, ne la résument pas à eux seuls puisque l’éducateur OML présente des leçons quotidiennes en plus de l’utilisation des cahiers. Ces derniers facilitent l’application de la méthode OML et la personnalisent auprès de l’enfant puisqu’il a son propre support. Avec les cahiers seuls, l’aspect multi-sensoriel de la méthode OML n’est pas exploité.


Quels sont les pré-requis pour suivre cette formation ? Peut-être avoir fait d’autres modules ?
Merci pour cette question, car il faut parler de ce point. La méthode OML s’adresse à tous, mais je pense qu’il ne faut pas être un éducateur débutant pour pouvoir en tirer le maximum de bénéfice. Le contenu est sérieux et encore une fois, il ne s’agit pas d’une méthode de lecture mais d’une démarche basée sur des travaux et applications internationales centenaires de méthodes multi-sensorielles.

Murielle et Alain, faites-vous le lien avec l’histoire de l’art et les arts visuels pour les enfants d’une classe Montessori suivant cette méthode ?
Intéressant, en effet les arts visuels sont parties intégrantes de la méthode Montessori grâce à la démarche d’utiliser la main, le corps, le toucher et la vue dans les apprentissages. Ils sont plus ou moins utilisés selon la sensibilité et l’expérience de l’éducateur. La méthode OML reste assez pragmatique dans les objectifs langagiers à atteindre mais laisse également une place à la créativité, surtout sensorielle, autour des sons et graphies. Comme par exemple l’exploration du son « ou » par des enregistrements sonores et vibratoires, ou l’exploration du graphème « aient » en trois dimensions par l’utilisation de la pâte à sel et de la peinture.

Faute ou pas faute ?

 A l’heure où je vous écris, je reçois chaque jour beaucoup d’emails. De très loin parfois comme le Burkina Faso hier, de personnes très différentes comme celui d’une scaphandrière de métier, il y a quelque temps ! Mais aussi des emails issus de fournisseurs de services, très étatiques dirons-nous sans les citer directement. Quand je les lis, je me dis que je ne fais pas plus de fautes qu’eux et cela me rassure. Mais est-ce qu’il faut se rassurer pour autant ou pas ?

Actuellement au sein de notre organisation associative, nous passons des heures à traquer les fautes de nos contenus en priorité sur la plate forme des formations online, qui est un bel outil certes, mais qui n’a pas été conçu pour que l’on puisse aisément mettre un document à jour, rien que parce qu’on a oublié un S a un mot !

Résultat, il faut compter parfois une heure pour seulement ajouter un S manquant. Est-ce rentable, faisable, durable ? Je pense que non.

Alors que faire ? Faut-il laisser l’orthographe français évoluer de sa belle vie ? Faut-il lâcher prise comme on dit ?

coucher-soleil-unique
Je vous laisse lire par vous-même les limites de ce laxisme :

EUROPEENS, ATTENTION, CECI VOUS CONCERNE :

La Commission européenne a finalement tranché : après la monnaie unique, l’Union européenne va se doter d’une langue unique, à savoir… le français.

Trois langues étaient en compétition :
– le français (parlé par le plus grand nombre de pays de l’Union)
– l’allemand (parlé par le plus grand nombre d’habitants de l’Union)
– l’anglais (langue internationale par excellence)

L’anglais a vite été éliminé, pour deux raisons :
l’anglais aurait été le cheval de Troie économique des Etats-Unis et les Britanniques ont vu leur influence limitée au profit du couple franco-allemand en raison de leur légendaire réticence à s’impliquer dans la construction européenne.

Le choix a fait l’objet d’un compromis, les Allemands ayant obtenu que l’orthographe du français, particulièrement délicate à maîtriser, soit réformée, dans le cadre d’un plan de cinq ans, afin d’aboutir à l’eurofrançais.

1. La première année, tous les accents seront supprimés et les sons actuellement distribués entre « s », « z », « c », « k » et « q » seront répartis entre « z » et « k », ze ki permettra de zupprimer beaukoup de la konfuzion aktuelle.

2. La deuzieme annee, on remplazera le « ph » par « f », ze ki aura pour effet de rakourzir un mot komme « fotograf » de kelke vingt pour zent.

3. La troizieme annee, des modifikations plus draztikes zeront pozzibles, notamment ne plus redoubler les lettres ki l’etaient : touz ont auzi admis le prinzip de la zuprezion des « e » muets, zourz eternel de konfuzion, en efet, tou kom d’autr letr muet.

4. La katriem ane, les gens zeront devenu rezeptif a de changements majeurs, tel ke remplazer « g » zoi par « ch », zoi par « j », zoi par « k », zelon les ka, ze ki zimplifira davantach l’ekritur de touz.

5. Duran la zinkiem ane, le « b » zera remplaze par le « p » et le « v » zera lui auzi apandone, au profi du « f ».
Efidamen, on kagnera ainzi pluzieur touch zu le klafie.
Un foi ze plan de zink an achefe, l’ortokraf zera defenu lochik, et le chen pouron ze komprendr et komunike. Le ref de l’Unite kulturel de l’Europ zera
defenu realite !

Je retourne à mes corrections, celles d’éducatrice (donc des enfants) et celles de formatrice (donc des adultes) !